« Comment Écrire Sans-Papiers ? »

« Comment Écrire Sans-Papiers ? »

2008-02-13T22:57:22+00:0013 février 2008|Catégories : À LA UNE|

Mémorial de Caen – Écrire Sans Papiers – 1er Prix 2008

Le 1er février, Lucie SIMON ( membre du collectif RESF d’Alès ), pour le Lycée Jean-Baptiste DUMAS – ALES (30) a remporté le 1er prix lors du 11ème concours de Plaidoiries des Lycéens pour les Droits de l’Homme avec sa plaidoirie :

" Comment écrire sans-papiers ? "

« Comment Écrire Sans-Papiers ? »,

1er prix 2008 au Mémorial de caen

Mémorial de Caen – Écrire Sans Papiers – 1er Prix 2008

Le 1er février, Lucie SIMON ( membre du collectif RESF d’Alès ), pour le Lycée Jean-Baptiste DUMAS – ALES (30) a remporté le 1er prix lors du 11ème concours de Plaidoiries des Lycéens pour les Droits de l’Homme avec sa plaidoirie :

" Comment écrire sans-papiers ? "

Vous pouvez retrouver la vidéo de sa plaidoirie – et les autres plaidoiries – sur le site du mémorial de Caen

Rappel : l’an dernier, le sujet du 1er Prix du concours des avocats était un enfant enfermé dans un Centre Fermé (Centres de Rétention Belges)

Résultats du 11e Concours de Plaidoiries des lycéens pour les Droits de l’Homme, une lycéenne du Languedoc-Roussillon :

Lucie Simon, 1er prix national

Ce vendredi 1er février au Mémorial de Caen, 20 lycéens, venus de toute la France, mais aussi d’un lycée de Casablanca, ont défendu des cas réels d’atteinte aux Droits de l’Homme. Devant près de 3000 personnes, toute la journée, les candidats ont abordé avec ferveur les injustices qui les ont sensibilisés. Le Concours de Plaidoiries des lycéens pour les Droits de l’Homme est soutenu par la Région Basse-Normandie. Les 14 meilleures équipes, finalistes régionales, ont eu dix minutes pour convaincre le jury. L’occasion de faire entendre leur voix et de s’engager dans une vie citoyenne. Le jury prestigieux, présidé par le chanteur Renaud, a remis cinq prix :

1erprix : Lucie Simon – Lycée Jean-Baptiste Dumas – Alès (30)

avec sa plaidoirie intitulée « Comment écrire sans-papier ? »

Ce prix est offert par l’O.N.U.

2e prix : Marie Demière – Lycée Jean Rostand – Caen (14) avec sa plaidoirie intitulée « Que faire le 08.08.08 ? »

Ce prix est offert par Amnesty International.

3eprix : Marie-Tiphanie Descours et Bertille Piot – Lycée Champagnat – Saint-Symphorien-sur-Coise (69) avec leur plaidoirie intitulée « Et si Orwell voyait juste… »

Ce prix est offert par Reporters sans frontières.

4eprix : Virginie Bourguin – Lycée Notre-Dame– Guingamp (22) avec sa plaidoirie intitulée « Ce pays sans nom, ce peuple oublié de tous »

Ce prix est offert par Amnesty International.

Prix du jury lycéen : Daniel Rausier – Lycée Voltaire – Orléans (45)Avec sa plaidoirie intitulée « L’esclavage sentimental » Ce prix est offert par les Clés de l’Actualité.

Prix de l’Engagement citoyen : Céline Rhodde et Emmanuel Lhomond – Lycée Antoine de Saint-Exupéry – Terrasson (24)Avec leur plaidoirie intitulée « Poison jaune pour les Planteurs »

Lucie Simon – Lycée Jean-Baptiste Dumas – Alès (30) avec sa plaidoirie intitulée « Comment écrire sans-papier ? »

Ce prix est offert par la M.G.E.N.

Présentation :

En lien avec ses espaces dédiés à l’histoire du XXème siècle et à la prévention des conflits, le Mémorial de Caen invite les moins de 20 ans à s’interroger sur la fragilité de la paix. Depuis 1998, avec le Concours Lycéens sur les Droits de l’Homme, fondé avec le magazine Phosphore, il leur offre une tribune. L’occasion de faire entendre leur voix et de s’engager dans une vie citoyenne.

Chaque année, ce sont plus de 1 500 jeunes, originaires de la France entière, qui prennent position pour des causes réelles d’atteinte aux Droits de l’Homme. Empruntant la « robe » de l’avocat, les lycéens plaident avec passion devant 14 jurys régionaux. Seuls ou par équipe de 2 ou 3, ils disposent d’environ 10 minutes pour dénoncer l’intolérable.

Les plus convaincants seront accueillis au Mémorial de Caen, le vendredi 1er février 2008, pour participer à la finale. 14 plaidoiries se succèdent au cours de cette épreuve finale face à un jury national, composé de journalistes, d’avocats et de personnalités impliquées dans la défense des Droits de l’Homme. Tous les participants ont alors à cœur de mettre leur talent et leurs qualités oratoires au service des victimes et des exclus.