Implantation d’une école Espérance Banlieue au Mans : un projet piloté par la droite extrême et les milieux catholiques conservateurs.

Le MEDEF sarthois a organisé le mardi 23 février dernier une réunion visant à présenter à, la presse et à ses adhérents le projet d’implantation d’une école rattachée au réseau Espérance Banlieues. Hervé Bryjat son président a invité les entrepreneurs locaux à mettre la main à la poche pour permettre à cette école hors contrat de voir le jour, son statut hors contrat ne permettant officiellement pas que l’argent public soit utilisé pour le financer.

Cette adhésion du MEDEF à un tel projet ne manque pas d’interroger. Qu’est-ce qui peut intéresser le patronat dans une « entreprise » de ce genre ? Derrière le discours philanthropique de façade, quels sont les intérêts réels ? Et qu’est-ce qui peut expliquer que ce même patronat qui se prétend à longueur de temps exsangue, « écrasé par les charges », au bord de la faillite, qui réclame à corps et à cris la réduction des impôts, et se refuse à toute augmentation des salaires, soit prêt du jour au lendemain à verser des sommes importantes pour une école de genre ? Rien d’étonnant à priori car les écoles du réseau bénéficient partout où elles sont mises en place de donations privées, dont de très nombreuses en provenance de grands dirigeants, entrepreneurs, et grandes entreprises françaises du CAC 40 notamment, dont Engie et  Bouygues ou encore la fondation Bettencourt.

Le décryptage du projet Espérance banlieue, ses origines et fondements idéologiques donne des clés de compréhension de cet intérêt.

Les origines du réseau Espérances Banlieue :

La première école du genre a été créée à Montfermeil, en Seine St Denis, en 2012, sous l’impulsion de Xavier Lemoine, son maire. Issu du Mouvement Pour la France de Philippe de Villiers, puis du Parti Chrétien Démocrate de Christine Boutin, Xavier Lemoine est aujourd’hui élu LR. Le 20 mars 2015, Le Figaro lui consacre un article le présentant comme le « héraut de la droite chrétienne au cœur des banlieues ». Favorable à une union des droites incluant le Front National, Xavier Lemoine est un militant de la Manif pour tous et refuse de célébrer lui-même les mariages homosexuels.

Depuis, une quinzaine d’écoles ont été créées en France, sur les  mêmes principes :

Derrière une façade rassurante et conviviale et d’arguments séduisant pour les familles (faiblesse des effectifs par classe, pédagogie individualisée prenant en compte les spécificités de l’élève), on découvre rapidement un projet d’une autre nature :

– port de l’uniforme, salut quotidien au drapeau, attribution de récompenses, séparation des garçons et des filles.

– recentrage sur les fondamentaux, méthodes simplistes de l’enseignement traditionnel (syllabique, apprentissage par coeur, enseignement chronologique de l’histoire…)

– projet éducatif basé sur les principes d’une morale chrétienne réactionnaire, comme le montre la proximité avec la Manif pour Tous de la majorité des membres de ses instances.

– revendication d’une liberté pédagogique permettant de maîtriser idéologiquement les contenus d’enseignement.

Actuellement, 16 écoles se revendiquant de ce réseau ont été ouvertes souvent dans des communes de droite et avec le soutien revendiqué des maires :

Montfermeil, Asnières, Marseille, Roubaix, Mantes-la Jolie, Sartrouville, Lyon, Saint Etienne, Angers, Angoulême, Argenteuil, Reims, Toulouse, Toulon, Orléans et Compiègne.

Une trentaine de projets seraient par ailleurs en voie de se concrétiser, dont celle qui pourrait se créer au Mans avec la bénédiction du MEDEF local.

Hors contrat , mais financement public quand même :

A noter par ailleurs que si ces écoles hors contrat sont censées ne pas pouvoir être financées par de l’argent public, des contournements ont déjà été constatés dans de nombreux endroits : Ainsi Valérie Pécresse, après avoir versé 5000€ sur sa réserve parlementaire, a accordé une subvention de la région francilienne de 35 000€. Laurent Wauquiez a fait de même, dans sa région, au titre de la Politique de la Ville. Une manière de contourner la loi qui ne permet pas de financer l’enseignement privé hors contrat.

La présidente de la Région des Pays de la Loire, Christelle Morançais, a affirmé son soutien officiel au projet (7 mars). Il y a fort à parier que ce soutien se traduira d’une manière ou d’une autre en monnaie sonnante et trébuchante. Il s’agirait là d’un détournement de fond public totalement inacceptable.

Les fondamentaux idéologiques:

A la différence des écoles catholiques bourgeoises qui visent essentiellement l’entre-soi, ces écoles sont celle de la reconquête morale. C’est pourquoi elles revendiquent une mixité religieuse et sociale. Même si certains soutiens ont été symboliquement refusés (comme celui de R. Ménard à Béziers par exemple), l’appartenance idéologique de ceux qui les ont exprimés est sans ambiguïté : c’est tout le réseau catholique traditionnaliste qui s’engage dans le développement de ces écoles (Manif pour Tous, Riposte Catholique, Civitas…)

Le Réseau Espérances Banlieue est lui-même rattaché à la Fondation pour l’école, qui regroupe elle même une dizaine de sous-fondations dont le Réseau Espérance Ruralité qui cherche à s’implanter dans les campagnes.

Les propos de Anne Coffinier, directrice de la Fondation pour l’Ecole à laquelle est rattachée Espérance Banlieues sont explicites (extrait d’une interview dans le journal Causeur – proche de l’ extrême droite – du 6 mars dernier ) :

« Historiquement, il faut rappeler que l’étendard le plus agité (au début du 20ème siècle NDLR) était d’abord celui porté par des anticléricaux qui souhaitaient retirer à l’Eglise sa mission éducative, en la transférant à l’Etat au nom de l’émancipation du peuple. Il est donc normal que les catholiques se soient mobilisés pour que les familles gardent la possibilité d’une alternative éducative. S’agissant de la Fondation pour l’Ecole comme de la fondation Espérance banlieues, ce n’est un secret pour personne qu’elles ont été créées par des catholiques. Mais catholique veut dire universel, et nous travaillons pour tous, sans exception, parce que le droit d’accéder à une école de qualité qu’on a librement choisie est un droit fondamental pour tout Etat de droit ».

Les propos du président fondateur d’Espérances Banlieues Eric Mestrallet, lui aussi ex MPF de de Villiers sont également sans ambiguïté sur la nature prosélyte du projet : « « Nous avons aussi une ambition que l’on doit avoir en tant que chrétien d’aller enseigner toutes les nations ». Le choix des lieux d’implantation de ses structures n’est à cet égard pas anodin, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville où la mixité sociale est en panne. L’école est pour l’association Espérance banlieue une terre de mission.

Cette « croisade » prospère sur les difficultés engendrées par des politiques éducatives qui creusent un peu plus les inégalités et une école publique qui ne parvient pas à lutter efficacement contre l’échec et le décrochage scolaire du fait de l’absence des moyens pour remplir cet objectif.

La neutralité des enseignements est l’argument employé pour masquer la remise en cause des programmes. C’est bien d’une reconquête morale qu’il s’agit, fondée sur la remise en cause du principe d’une école commune à tous les enfants.

Et s’il s’agit d’une alternative à l’école publique, force est de constater que le projet trouve tous ses appuis avec la droite et les milieux catholiques traditionnels.

Promotions des valeurs économiques de l’entreprise :

Rien de plus explicite que la citation de Benjamin Biard, DG du fonds d’investissement Amiral Gestion que l’on trouve sur le site de la Fondation : “Confrontés à la problématique du recrutement des entreprises, nous avons pu constater depuis plusieurs années une dégradation vertigineuse de la qualité de la formation initiale des candidats. Pour avoir demain les collaborateurs dont le monde de l’entreprise aura besoin, il lui faut, dès maintenant, investir dans leur formation élémentaire !”.


On comprend l’intérêt que le MEDEF peut porter à ce genre d’école, à même de former les futurs employé-es en fonction de ses besoins, tout en écartant les contenus formant à l’esprit critique et à la citoyenneté, qui ici se trouve limitée au salut au drapeau.


Car l’enjeu est aussi économique : derrière ces initiatives, il s’agit bien de mettre en place la concurrence avec l’école publique, afin de la fragiliser, et à terme de libéraliser totalement l’école en donnant aux familles une allocation (chèque-éducation) leur permettant de financer l’école de leur choix. Au nom de la liberté des familles, il s’agit aussi d’ouvrir un marché économique considérable. Le discours managérial de l’entreprise est ainsi omniprésent sur le site de la Fondation pour l’école, où l’on parle de « valorisation des talents, de démarche qualité etc… », tout cela ayant bien sûr un coût, et un tarif…

Derrière la façade, une pédagogie de la sanction et du mérite :

Censé réconcilier les élèves décrocheurs avec l’école, le projet Espérance banlieue n’hésite pas à avoir recours aux « bonnes vieilles méthodes » : attribution de médailles aux « méritants », brimades et punitions aux « récalcitrants ». Le directeur de l’école Ozanam à Marseille a d’ailleurs fait l’objet de plaintes de la part de parents en juin 2017 pour maltraitance sur enfants. Les parents des élèves concernés font état de leur sensation d’avoir été trompés, manipulés.

Témoignage d’une mère d’élève dont l’enfant a été scolarisé dans cette école : source « Le Parisien » du 13 mars 2018

Chahida, mère d’un élève scolarisé deux ans dans cette école témoigne d’une expérience très négative « Quand j’ai inscrit mon fils en CP, j’étais séduite par le discours de cette école ouverte en 2014. Il a été diagnostiqué précoce et je pensais qu’il allait mieux apprendre dans une classe à petits effectifs. » « Ils arrivent tels des sauveurs. En fait, c’est bienvenu chez les colons ! ». Elle énumère les problèmes rencontrés : lacunes pédagogiques, dérives religieuses…

Un projet de casse du service public

Par un discours catastrophique sur l’école publique, et à travers un affichage partisan largement relayé par les médias jusqu’à présent sans trop de recul, il s’agit aussi pour les promoteurs de ces écoles de contribuer à dégrader l’image du service public et d’exacerber la concurrence. Le développement plus largement d’écoles dites « alternatives » (Montessori, Steiner…) hors contrat elles aussi sont significatives d’une forme de défiance vis-à-vis de l’école publique… Il révèle une forme de repli individualiste, mais peut aussi s’expliquer par le dénigrement quasi-permanent de l’école publique dans le discours de nombreux politiciens.

Soutenu par le Ministre lui-même :

Parmi les soutiens du réseau Espérance banlieues, un certain J.M. Blanquer. Dans un colloque organisé par la Fondation en 2016, alors qu’il n’est pas encore au gouvernement, il déclare dans une vidéo son soutien à Espérance Banlieue :

https://www.youtube.com/watch?v=5uT7z8-UKNo

Quelques déclarations explicites :

« Ce que fait Espérance Banlieue aujourd’hui correspond au type d’initiatives que nous devons prendre dans le secteur public… »

«  Cette initiative rassemble les ingrédients de ce qui réussit dans un système scolaire… »

«  Il ne faut pas opposer mais faire converger les secteurs publics et privés, favoriser ce partage des compétences pour travailler dans la même direction … »

La connivence idéologique de J.M. Blanquer avec le réseau Espérance banlieue est donc très claire. Et on ne peut écarter le risque que cette connivence l’amène à trouver des moyens de le soutenir un peu plus concrètement que par de simples déclarations de soutien.

Dans un article du Maine Libre du 25 avril, Eric Mestrallet évoque en effet le fait que Espérance Banlieue n’a pas pour revendication « de rester une école hors contrat, » et qu’ « une forme de conventionnement devrait être établie dans les mois à venir ». Conventionnement ne signifie pas contrat, ce qui permet de garder toute la latitude souhaitée quant aux contenus des enseignements.

Et ce d’autant plus qu’Espérances Banlieue vient d’être épinglé pour avoir rémunéré E. Mestrallet alors que le statut de la Fondation pour l’Ecole dont elle fait partie ne le permet pas. Dans un article du Point du 8 avril, cette malversation est évoquée sous le titre : “Mauvaise passe pour les écoles de banlieue financée par les grands patrons”. On y apprend notamment qu ‘”Éric Mestrallet confirme avoir facturé quelque «  20 000 euros maximum sur dix ans  », et Lionel Devic «  30 000 euros  ». Cependant, les auditeurs avancent d’autres chiffres : 90 000 euros de prestations facturées sur les trois dernières années. “Étant donné que la gestion désintéressée est une condition à remplir pour obtenir et conserver la reconnaissance d’utilité publique, des liens d’intérêts directs et indirects ainsi qu’une rémunération d’un dirigeant sans respecter les modalités statutaires pourraient remettre en question cette gestion désintéressée  », expliquent les auditeurs dans leur rapport. Une situation qui a donc engendré le dépôt, le 4 mars dernier, d’une plainte contre X pour «  abus de confiance  » par trois administrateurs de la FPE et la directrice générale Anne Coffinier, et qui pourrait à terme freiner l’afflux de dons de la part des grands patrons au réseau d’écoles hors contrat.”

Voilà qui  a le mérite d’être clair. Pour la FSU, l’implantation de cette école doit être combattue. Derrière la vitrine et le discours de façade, c’est bien d’une remise en cause en profondeur de l’Ecole républicaine, dans une optique ultra-libérale au service du patronat et des forces les plus réactionnaires.