Rassemblement 6 février 14h30 place de la République

Rassemblement 6 février 14h30 place de la République

2008-02-05T16:27:47+00:005 février 2008|Catégories : À LA UNE|

Les AVS et les EVS

ne sont pas des gadgets !

De la maternelle au lycée, des missions essentielles sont confiées à des précaires, les Auxiliaires de Vie Scolaire et Emplois de Vie Scolaire :
• aide à l’intégration d’élèves porteurs de handicap,
• aide à la direction d’école (Tâches administratives, Bibliothèque, salle informatique…)

Le ministère, les représentants de l’administration, les enseignants, les parents d’élèves et les élèves… s’accordent à penser qu’ils sont indispensables au bon fonctionnement du service public.
Mais savez-vous que pour remplir ces missions, certains font 35 heures et sont payés 990 €, tandis que la plupart des contrats sont de 26 et 20 heures, les rémunérations se situent alors entre 780 et 600 € ? Le seuil de pauvreté étant de 681 € pour une personne seule…

Certains contrats arrivent à échéance sans que nous ayons de certitude sur l’avenir… de renouvellements en renouvellements, les contrats se révélent plus précaires et moins bien rémunérés.
La formation est quasi inexistante. Tant du point de vue de l’aide au fonctionnement de l’école (maîtrise de l’outil informatique, accompagnement aux sorties scolaires…) que de l’aide à l’intégration : autisme, myopathie, surdité, trisomie… autant de handicaps différents, comment adapter son comportement, trouver les bons gestes, les bons mots ? Les EVS-AVS ont à coeur de s’informer, de se former, ils se forgent de véritables compétences mais ils doivent le faire par leurs propres moyens, c’est inacceptable !

• La responsabilité de l’Etat vis-à-vis de ces personnels et vis-à-vis des familles est de leur assurer une formation véritablement professionalisante.
• La continuité dans le fonctionnement des équipes pédagogiques et dans le suivi des enfants, doivent être des priorités absolues ! Le turn over lié au renouvellement aléatoire des contrats doit cesser.

Dans l’intérêt des personnels en situation précaire,

dans l’intérêt du service public d’éducation,

nous exigeons :

• la reconnaissance de vrais métiers

• un véritable statut

• une véritable formation

Collectif des précaires de La Sarthe (AVS/EVS) – SNUipp FSU – SUD Education