Entrevue du 8 avril 2008 en Mairie de Sablé sur Sarthe

Entrevue du 8 avril 2008 en Mairie de Sablé sur Sarthe

2008-04-27T19:45:59+00:00 27 avril 2008|Catégories : À LA UNE|

150 personnes AVS, EVS et enseignants, venues de toute La sarthe mais aussi d’Angers ont manifesté le 8 avril 2008 devant la mairie de Sablé. Compte Rendu par Geneviève, E.V.S aux sablons au Mans.

<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01//EN" "http://www.w3.org/TR/html4/strict.dtd">

Des enseignants (en activité et retraités), des syndicalistes représentant plusieurs mouvements dont la F.S.U – Snuipp et SUD Éducation ont accompagné environ 150 emplois précaires AVS – EVS et Assistants d’Éducation recrutés sous divers contrats

de droit public d’une part, de droit privé d’autre part

et sous des modalités salariales allant d’environ 600 euros/mois (contrats d’accompagnement à l’emploi) avec ou sans rémunération lors des vacances scolaires[ce qui ramène la rémunération au environ 400 euros à……

moins de 785 euros/mois (contrats avenir) jusque,

à ce jour 9 avril 2008, le S.M.I.C. pour les assistants d’éducation eux mêmes recrutés sous divers contrats.

La presse écrite régionale et locale a recueilli les témoignages des représentants de ces emplois précaires comme les interrogations et les inquiétudes soulevées par les syndicalistes.

FR3 filma, enregistra et une dizaine de policiers en uniforme se trouvait devant les portes de la mairie.

u Neuf représentants des manifestants furent reçus en Mairie de Sablé par une jeune femme déléguée par les services de Monsieur Fillon et Monsieur Rouanet, Inspecteur Académique.

Cette délégation était représentative des diverses composantes de la précarité, accompagnée par un représentant de la FSU et un représentant de Sud Education.

Etaient absents, ce jour, les représentants des associations de parents d’enfants handicapés ; lesquels avaient réunion pour une concertation concernant l’accompagnement des enfants handicapés scolarisés.

uBernard Lebrun de la FSU a mit l’accent sur une anomalie grave : un document

émanant de l’ANPE et relevant d’une mission que l’ANPE ne semble pas en mesure [pour des questions d’effectifs ?] d’assumer circule et doit arriver devant chaque direction d’établissement employant du personnel de droit privé (EVS-AVS.

Si les directeur/directrice ne remplissent pas ce document, qui ne relève pas de leur compétence….. les contrats ne seront pas renouvelés et.. la faute en reviendra aux enseignants Les syndicalistes dénoncent le procédé.

Assistantes d’Education depuis 11 années, 8 années…. en écoles, collège ou

ou lycée 4 jeunes femmes, membre de la délégation 2 célibataires, 2 mères de jeunes enfants – faisant fonction d’AVS ( Accueil Vie Scolaire) et accompagnant des enfants gravement handicapés ne comprennent pas comment il est possible d’abandonner, sans suite relationnelle pérenne, des enfants et leur famille ; lesquels comptent sur la présence d’une même personne auprès des enfants ou adolescents qui ont besoin d’aide physique, d’écoute, de temps pour se situer dans une attitude de réussite. La pérennité des postes est tout à fait nécessaire insistent-elles.

uUne information alarmante a été donnée par les syndicalistes – non contestée par l’IA –

les contrats des Assistants d’Education seront requalifiés à 66 % à la rentrée prochaine, soit une perte d’un tiers d’un salaire actuellement au S.M.I.C.

Comment subsister en vivant sous le seuil de pauvreté !

L’accent a été mis par les A.V.S. (Assistantes d’Education et l’EVS/AVS embauchée en 2007 en Contrat d’Accompagnement à l’Emploi (de droit privé) sur l’absence totale de formation au handicap proposée par l’institution. Et ce personnel a dit combien l’absentéisme professionnel est rare dans leurs rangs parce qu’un enfant handicapé a besoin d’elles/d’eux ! Ces membres de la délégation ont également ajouté qu’il leur a fallu acquérir seules des compétences pour comprendre le handicap des jeunes qu’elles accompagnent : utilisation d’internet, conseils donnés par les jeunes et leurs familles…. !

uLes syndicalistes ont ajouté combien il est étonnant que soient gaspillés des fonds publics pour payer des formateurs privés (en l’occurrence Via Formation) qui ne propose qu’une aide à la rédaction de CV et lettres de motivations à des personnels dont le niveau de culture générale* est, pour la plupart, bien au-dessus de ce qui leur est proposé !

* bac +2, voire +3 ou + 5 !

Et, combien il est regrettable qu’il n’y ait aucun crédit ni personnel formateur pour une formation à la bureautique et/ou à l’utilisation des logiciels de gestion de bibliothèque. !

Les fonctions des EVS passent par l’utilisation de l’outil informatique ;

y compris dans l’animation d’ateliers informatiques où elles/ils encadrent des groupes d’élèves.

E.V.S. En Maine et Loire, une déléguée témoigna de l’indignation de bien des précaires devant des réflexions entendues dans des établissements scolaires, du type

« De toute façon, vous étiez au chômage, c’est déjà bien que vous ayez du travail même à 784,42 euros/mois »

Elle ajouta que les entretiens d’embauche ont bien été menés par des inspecteurs et enseignants et qu’en aucun cas, les EVS et AVS ne se sentent comme étant des « cas sociaux »

Auparavant, une autre dame en contrat précaire, venant du même département, prit le micro, devant la mairie de Sablé, pour s’adresser à tous et mettre l’accent sur le fait que lorsque les contrats prendront fin, les indemnités de chômage perçues seront au prorata des salaires reçus, situés au dessous du seuil de pauvreté.

uLes délégués syndicaux ont ajouté qu’en aucun cas l’Education Nationale n’a vocation d’insertion sociale.Il est à noter que, s’il y a quelques hommes faisant fonction d’AVS et d’EVS, la majorité des plus de 540 contrats précaires recrutés en Sarthe est constituée de femmes.

Bernard Lebrun de la FSU ajouta que bien des personnels ainsi utilisés ont perdu des droits connexes qui furent les leurs lorsqu’ils/elles étaient au chômage :

-tout ou partie de l’APL,

-CMU……

certaines mères élevant seules leurs enfants se retrouvent avec des frais de garde, des frais de déplacements et perdent de l’argent en travaillant au service de l’Education Nationale…..

Un arrêt de maladie de deux semaines signifie un revenu mensuel de moins de 300 euros !

La plupart du personnel embauché en CAE et CA n’a pas touché la prime de 1 000 euros qui devait accompagner l ‘entrée dans le circuit des contrats aidés ; ceci pour des motifs propres à l’ASSEDIC des Pays de la Loire !*

*prime devant couvrir les frais de garde d’enfants, de garde-robe…… de transport !

Des frais de transport , non remboursés bien sûr, peuvent atteindre 20 % de ces revenus situés en deça de la dignité concevable et certains/nes: doivent "mendier" des aides ponctuelles (officielles ou familiales) pour survivre.

En réponse à une question de la déléguée de Monsieur François Fillion, les délégués syndicaux ont répondu que d’autres représentations ASSEDIC, à travers le territoire français ont versé l’indemnité de 1 000 euros sans problème, à tous les contrats aidés. (chaque établissement est autonome)

u Les délégués syndicaux alertent le Premier Ministre sur le financement des contrats,

faisant suite à une décision du Préfet de région : 40 % du coûts des contrats aidés devront revenir à l’Inspection Académique ; cela ne conduira t’il pas à réduire considérablement le nombre de postes, faute de crédit ?

La possibilité ouverte par la loi de prolonger les Contrats Avenir jusqu’à 36 mois maximum n’est pas retenue et cela ferme toute possibilité de prétendre à une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), en raison d’un nombre insuffisant d’heures travaillées.

Par ailleurs, la prolongation à 5 années des contrats des personnels âgés de plus de 50 ans n’est plus d’actualité.

De plus, l’arrêt des contrats en cours d’année scolaire pose problème grave aux

adultes concernés, certes, mais et aussi aux enfants qu’ils accompagnent.

u EVS en ZEP, en Contrat Avenir, senior de surcroît, l’auteure de ce

compte rendu a donné quelques indications :

travailler en ZEP, qualifiée « Ambition Réussite »

conduit au constat qu’il n’y a pas trop d’adultes (parole qu’elle saisit parce qu’exprimée très ouvertement par nos responsables) dans une école dès lors que les enfants ont besoin d’une attention particulière, du fait même de leurs difficultés sociale, culturelle ou familiale

Un adulte disponible, qualifié, expérimenté et…. serein… ne peut qu’aider au bon déroulement du programme « Ambition Réussite ».

Senior, elle a, par ailleurs, interpellé le Premier Ministre sur la cohérence de l’incitation au travail des seniors ; alors même que toute inscription sur les sites de recrutement (senior en ligne, ANPE……) se heurte, semaine après semaine, au silence quasi-général des employeurs potentiels.

§ Si l’Etat n’honore pas ses engagements quant à la prolongation du travail des seniors…. (qu’il emploie en des salaires situés au-dessous du seuil de pauvreté….)

Que peut -on attendre d’employeurs privés qui devront acquitter l’ensemble des charges sociales ?

Pour conclure, la déléguée de Monsieur Fillon a résumé les notes qu’elle a prises ; lesquelles, nous l’espérons, ne seront pas amputées de quelques éléments importants soulevés pendant près d’une heure trente d’entrevue.

Engagement verbal a été pris par les représentants du Premier Ministre que réponse sera donnée à chaque interrogation posée ce 8 avril 2008

Les représentants syndicaux ont remis l’accent, en fin d’entretien, sur la crainte de voir embaucher, chaque année, de nouveaux précaires, pour 9 mois !

et redit avec force que les personnels, fussent-ils actuellement précaires sont des être tout à fait socialisés, cultivés, compétents et ouverts à la formation, une vraie formation, pour de vrais métiers


FORT ACCENT a été mis, par l’ensemble de la délégation,
sur la nécessaire pérennité des contrats

Il semble que le message ait été retenu par l’Inspecteur d’Académie et la déléguée de Monsieur François Fillon ?

Pour conclure, l’auteure de ce compte-rendu a évoqué une parole dure et forte d’un représentant de fédération de parents d’enfants handicapés, lors de la dernière rencontre du collectif des précaires à l’Inspection Académique, en février dernier

« Nos décideurs s’installent dans la maltraitance à enfants ! »

Bien sûr, l’ensemble de la Délégation espère que les parents se trompent !

Geneviève Deschamps

EVS Le Mans

LE COLLECTIF des PRÉCAIRES du Ministère de l’Education Nationale

se joindra à la MANIFESTATION NATIONALE du 18 MAI